Landing page se traduit littéralement par page d’atterrissage. On peut aussi la qualifier de page de ventes. La landing page se veut concise, convaincante, et n’offre pas la possibilité de se perdre sur le site web. En effet, pour moi, c’est une page hub qui a pour objectif de se substituer à votre home page ou à votre page de résultats de produits lors de vos opérations marketing (il y a plusieurs écoles à ce sujet). Elle n’a qu’un objectif marketing comme la collecte des coordonnées de prospects, la génération d’abonnements, d’inscriptions, ou de ventes. Voyons ensemble comment réaliser une landing page efficace pour vos campagnes d’acquisition et qui répond à vos objectifs marketing.

La différence entre une landing page et un tunnel de vente

La landing page fait partie intégrante du tunnel de vente. Ce tunnel peut d’ailleurs être composé de plusieurs landing page, mais également d’une séquence d’emails, du retargeting des internautes qui n’ont pas été transformé, etc. Le tunnel de vente a pour objectif d’augmenter le panier moyen en usant de stratagèmes:

  • l' »upsell » ou une montée en gamme
  • le « crossell » pour vendre des produits complémentaires
  • le « downsell » si l’offre est considérée comme trop cher et refusée par l’internaute
  • le « bump » pour proposer des options complémentaires à l’offre
  • proposer un achat à la suite d’une offre gratuite

Cela se fait avec précaution et dans le respect d’un séquençage évitant toute sensation d’une vente forcée. Par exemple, l' »upsell » ne doit intervenir qu’après une vente et le « downsell » à la suite de la dernière action. Enfin, il va sans dire que cela s’accompagne d’une offre claire incluant les propositions de valeur, le pourquoi de l’offre et jusqu’à quand.

Comment bien préparer une landing page ?

Avant de vous lancer la tête baisser, il s’agit d’abord d’amorcer sa conception. Cela se fait en plusieurs étapes:

  1. Identifier sa cible au travers d’un persona: Quels sont ses problèmes? Quelles sont ses potentielles craintes? Quels sont ses besoins? Quels sont ses centres d’intérêts?
  2. Déterminer les réponses à fournir à votre cible pour la convaincre: mes arguments, les bénéfices à tirer de mon offre (en 3 à 5 points), les changements que cela entraîne, les éléments de réassurance (ex. garantie, suivi, label(s), certification(s), etc.), les actions proposées (ex. télécharger la documentation, contacter un conseiller, etc.), les preuves sociales (ex. témoignage, success-stories, etc.).
  3. Préparer le fil d’ariane de sa landing page: (01) une accroche percutante, (02) le problème auquel vous répondez, (03) la solution au problème, (04) les bénéfices à en tirer, (05) pourquoi on doit vous faire confiance, (06) une offre de remise ou de gratuité en créant, dans la mesure du possible, un sentiment d’urgence avec des stressors (ex.: compte à rebours, offre limitée dans le temps, etc.), (07) de nouveaux éléments de réassurance, (08) et enfin un appel à l’action ultime avec un verbatim chaud (ex. « Je m’inscris à la newletter », « Être recontacté par un conseiller », … à privilégier, au lieu de « en savoir plus », « s’inscrire », …) .

Comment bien préparer une landing page ?

Le maitre mot est CONVAINCRE: Il s’agit de convaincre la personne d’agir de la même manière que si elle se trouvait devant vous. Dans ces conditions, on évite les formulations trop longues, trop littéraires ou l’emploi d’un jargon. Certains vont prôner la short landing page vs la long landing page en fonction de la complexité de l’argumentaire de vente. Pour ma part, je soutiens qu’un argumentaire concis car c’est l’assurance d’un argumentaire de vente accessible. Plus sa restitution sera brève et maitrisée, plus votre landing page sera efficace. Vos prospects n’ont pas de temps à perdre. Less is more !

  1. Préparer les blocs indispensables à votre landing page sous forme de mock-up d’abord, avant de les assembler sur votre site.
  2. Créer 2 variantes d’une landing page avec le même objectif. C’est ce que l’on appelle de l’AB Testing.
  3. Ajuster et optimiser en fonction des enseignements tirés de la phase de lancement.
Landing pages Shopify

Lancer une landing page efficace

La notion de ligne de flottaison est très importante sur une page d’atterrissage. Il s’agit de tout ce qui est visible à l’écran avant de scroller vers le bas. C’est la section d’accroche où vous devez donné envie à l’internaute de décortiquer les détails de votre offre. Elle doit rassembler les éléments suivants: l’identité de la marque, l’accroche, idéalement une vidéo explicative et l’appel à l’action. C’est comme une devanture de magasin qui doit donner envie au passant d’entrer dans la boutique avant de se laisser convaincre par le vendeur. 

Le persona doit toujours rester à l’esprit. Beaucoup font l’erreur d’orienter la page de vente vers le produit, or vous obtiendrez davantage de bénéfice à tourner votre page vers l’UTILISATEUR. Il faut qu’il puisse projeter son avenir à vos côtés et que cela résonne en lui comme un INDISPENSABLE.

N’hésitez pas à adapter votre landing page en fonction de la provenance du trafic. En effet on sera beaucoup plus concis pour les internautes qui proviennent d’une campagne Facebook (majoritairement mobile) que pour ceux qui proviennent d’une campagne d’emailing (à mon sens, beaucoup plus desktop).

Enfin, privilégiez des blocs simples, aérés, et illustrés.

A vous de jouer 😉

Sources

Sylvain GRÉAL
Consultant freelance en acquisition web, La Réunion & France métropolitaine

Expert Search Engine Advertising (SEA) & Social Media Advertising (SMA), j’exerce en tant que freelance depuis septembre 2022 pour le compte d’annonceurs en France métropolitaine et à La Réunion.

Contactez-moi pour discuter de la façon dont je peux vous aider à développer votre présence en ligne et à atteindre vos objectifs en matière d’acquisition de trafic et de génération de leads. Faisons équipe pour propulser votre entreprise vers de nouveaux sommets !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *